L’onboarding, panacée du bonheur au travail

L’onboarding, panacée du bonheur au travail

Une forme expérimentale du skateboard ou du snowboard ? Que nenni : le terme « onboarding » désigne le processus d’intégration des nouveaux travailleurs dans une entreprise. Au cours de cette période, ces derniers reçoivent les outils nécessaires à leur épanouissement, jusqu’à devenir la meilleure version d’eux-mêmes. Résultat ? Des travailleurs productifs et, par-dessus le marché, heureux dans leur travail.

Quel est l’intérêt de l’onboarding ?

Sur l’ensemble des travailleurs qui donnent leur démission, 50 % la remettent au cours des 4 premiers mois de leur engagement (source : Society for Human Resource Management). Voilà qui en dit long sur le ressenti d’un nouveau travailleur sur ces débuts : nouvel emploi, nouveaux collègues, nouvel environnement, nouveaux processus, nouvelles règles, nouvelles attentes… À tout le moins, déconcertant. La solution ? Des techniques d’onboarding stratégiquement définies permettent aux nouveaux travailleurs de trouver leur voie dans l’entreprise et leur évitent de jeter l’éponge au bout de quelques mois. Plus une nouvelle recrue aura le sentiment d’une bonne préparation et d’un bon accueil, plus vite elle contribuera au succès de l’entreprise. Et comme nous passons le plus clair de notre temps sur le lieu de travail, autant nous y sentir à l’aise.

Les 5 principes fondamentaux de l’onboarding

L’onboarding ne consiste pas à passer en revue l’ensemble des règles et procédures avec les nouveaux travailleurs, tel un maître d’école. Un programme d’onboarding est le fruit d’une mûre réflexion et d’une bonne coordination, un savant mélange de théorie et de pratique. Il est en outre personnalisé aux travailleurs : des profils différents d’horizons, de niveaux de formation et d’ensembles de tâches différents, exigent des trajets différents. Cela dit, plusieurs ingrédients font partie intégrante d’un trajet d’onboarding réussi.

Besoins essentiels

Il est important de régler les éléments fondamentaux lors de l’accueil d’un nouveau travailleur. Ce dernier a-t-il bien accès au matériel nécessaire ? A-t-on prévu un bureau, un siège, un ordinateur, etc. ? Négliger des aspects de ce genre procure (généralement) à la nouvelle recrue le sentiment de ne pas être la bienvenue.

Accessibilité

Le trajet d’onboarding doit donner envie au travailleur de commencer. Présentations, manuels et formulaires s’en tiendront à l’essentiel pour éviter de le rebuter. La mise en pratique rend en outre plus digeste la théorie nécessaire.

Prise de contact

Non seulement avec les collègues, mais aussi avec la culture d’entreprise. Quels collègues sont importants au workflow ? À qui s’adresser pour du feed-back ? Où se trouve la machine à café ? Il est encourageant d’avoir dès le départ les bons points de repère.

Trajet d’apprentissage progressif

Des objectifs d’apprentissage assortis d’évaluations veillent à ce que travailleur et employeur identifient les attentes, qui en deviennent par là même plus faciles à ajuster.

Continuité

À l’issue du trajet d’onboarding aussi, le soutien des RH reste important. Avoir un référent évite aux travailleurs de se sentir totalement démunis après leur intégration.

Avantages

Un trajet d’onboarding vaut-il l’investissement de temps et d’argent ? Pour sûr ! Il assure un fort engagement des collègues dès le premier jour, débouche sur une plus haute rétention des travailleurs et veille à leur bonheur au travail. Et un travailleur heureux est un travailleur productif !
 

Vous avez des questions? Ou vous voulez rencontrer un de nos collaborateurs?
Il y a toujours une agence Jobmatch près de vous.
Découvrez notre agence la plus proche